• 2 commentaires
  • Magazine | Articles

    Comment accepter cette famille
    qui vit en nous ?

    Pour nous permettre d’être heureux et d’accéder à nos pleines potentialités, nous devons nous libérer des blocages hérités de nos parents et de nos aïeux. Comment nous épanouir sans répéter les mêmes erreurs et les mêmes comportements ? Certaines réponses se trouvent dans la psychogénéalogie.
    © Tree of life
    Nous ne sommes pas seulement l'enfant d'un père et d'une mère. Nos comportements, nos réactions, nos blocages sont aussi déterminés par nos ancêtres. Nous avons tous une histoire. Une histoire de famille dont nous sommes l'un des maillons d’une chaîne de générations. Des personnes que nous connaissons bien - père, mère, grands-parents, frères ou sœurs - et d’autres dont nous ne savons pas grand-chose - voire rien, surtout quand ils sont morts il y a longtemps et que nous ne les avons pas connus - mais dont la trace subsiste en nous, à travers des références, des comparaisons, des identifications, des secrets, des non-dits ou des allusions, transmis par notre famille. Cet héritage psychologique exerce sur nous une influence qui nous pousse à répéter, souvent de manière inconsciente, que nous le voulions ou non, des situations agréables ou des événements douloureux. Pourquoi en effet choisir un homme qui nous fait souffrir, comme notre mère a choisi un homme qui l’a fait souffrir, comme sa propre mère ? Pourquoi succomber à la même maladie que notre père au même âge que lui ? Pourquoi s’être obligé à collectionner les diplômes et à exercer un métier prestigieux alors que nous avons toujours aimé les activités manuelles ?

    La psychogénéalogie, lien entre la psychologie et la généalogie, aide à comprendre ce qui nous détermine et nous influence, dans un passé parfois lointain, à nous libérer de notre destin répétitif, de nos blocages, et à découvrir qui nous sommes vraiment.
    « Dès notre conception, nous sommes l'objet de projections familiales, de désirs et de fantasmes de la part de nos parents et de nos grands-parents, explique Chantal Rialland, psychogénéalogiste, psychothérapeute diplômée en sciences humaines. Nous sommes désirés ou non, attendus en tant que garçon ou fille, fantasmés, rêvés, espérés, quant à notre physique, notre caractère et nos aptitudes. A notre naissance nous recevons des prénoms. Ceux-ci vont refléter des désirs plus ou moins inconscients. Il est recommandé d’éviter par exemple de donner le prénom d’un héros de la famille, surtout s’il est mort jeune car de manière inconsciente, on demande à cet enfant de ressembler à ce héros. Il vaut mieux éviter aussi de l’appeler comme un enfant décédé. C’est un héritage très lourd à porter. Dès notre venue au monde, nous sommes définis, étiquetés selon certaines caractéristiques corporelles, sexuelles, affectives, intellectuelles, artistiques, en fonction des membres de notre famille et de notre place au sein de la fratrie. « Tu ne trouves pas qu’il a les yeux de son père, qu’elle a les cheveux de sa grand-mère, le sourire de sa grande sœur... » On morcèle le corps de l’enfant pour toujours chercher des ressemblances familiales avec les personnes qui nous ont donné de l’amour, ou à l’inverse, on espère qu’il ne ressemblera en rien à un membre de la famille qui en a été banni. L’enfant va donc, de manière inconsciente, se calquer sur la demande de ses parents. Ou faire tout l’inverse. Durant toute son enfance et son adolescence, il va ensuite apprendre ce qu’est l’être humain, l’homme, la femme, le couple, la famille, le rapport à l’argent... à travers la propre vision de ses parents qui elle-même a été forgée par leurs propres parents. Il va emmagasiner une énorme base de données qu’il va considérer comme la vérité et qui va influencer ses relations amoureuses, amicales ou professionnelles. Si on a, par exemple, eu des problèmes avec l’autorité, on va être très sensible aux instances hiérarchiques en entreprise. Si un collègue nous énerve, il y a de fortes chances que cela nous renvoie à ce qu’on a vécu avec son père, sa mère ou ses frères et sœurs... »

    La psychogénéalogie permet alors de libérer le conscient pour être soi, de mettre le doigt sur des choses inconscientes pour éviter de les reproduire inéluctablement sans comprendre pourquoi. « Attention, précise Chantal Rialland, la psychogénéalogie ne doit pas être vue comme la découverte d’une chaîne de malheurs ! Certaines névroses familiales font aussi émerger de belles choses. Prenons le célèbre exemple de Françoise Dolto qui a perdu sa sœur aînée très jeune. Sa mère lui reprochait son décès parce qu’elle disait qu’elle n’avait pas assez prié pour la sauver de la maladie, et déclara même qu’elle aurait préféré que ce soit elle qui meure à sa place. Ce décès a été un événement fondateur de la carrière de psychanalyste de Dolto. Je pense qu’il faut faire de son héritage psychologique, quel qu’il soit, une chance et pas le considérer comme une fatalité. Il est nécessaire de le transformer en pensée positive, d’en faire une force pour soi-même et pour les autres. Il faut prendre de la hauteur sur cet arbre généalogique. Comprendre que nos parents nous ont élevés en fonction de ce qu’ils ont eux-mêmes vécu, de ce qu’ils ont emmagasiné, voire subi, permet de comprendre aussi qu’ils ont agi ainsi pour des raisons qui n’ont rien à voir avec nous. Que ce n’est pas notre faute. Que nous ne sommes pas coupables. Et cela permet de pardonner à ses parents et de faire la paix avec soi-même. Certains patients ayant vécu de très graves traumatismes disent avoir trop souffert pour pardonner et pensent que ce serait comme cautionner ce qu’on leur a fait subir. Mais on pardonne pour soi, pas pour les autres. C’est le seul moyen rompre l’aspect répétitif de cette chaîne de programmation. »

    La différence entre une psychothérapie classique et la psychogénéalogie ? « Habituellement, on ne prend en compte que la ou les personnes de la famille avec qui on a une relation difficile, avec qui cela s’est mal passé. En psychogénéalogie, on va également se pencher sur les personnes avec qui on pense que tout s’est toujours bien passé pour comprendre comment on s’est construit. Bien connaître l’histoire de ses propres parents est toujours très libérateur. »



    Cette famille qui vit en nous, Chantal Rialland
    Marabout (Mars 2007 ; 250 pages)



    2 commentaires
  •  

    Hypnose :

    Cette approche permet à l’inconscient de libérer ses ressources intérieures et  conduit  à de profonds et durables changements.

    « Le changement peut naître d’une seule métaphore... »

     

    Pourquoi une " nouvelle hypnose " ?

    Le grand public connaît essentiellement l’hypnose au travers des spectacles. Dans cette pratique la personne hypnotisée semble perdre le contrôle d’elle-même, plongée dans un sommeil particulier. Cette hypnose effraie et abîme l’image de l’hypnose médicale.

    Or Milton Erickson s’est fait connaître par sa pratique innovante de l’hypnose : c’est ici l’inconscient de la personne qui va fournir les solutions, comme lorsque la nuit porte conseil.

    Dans cette hypnose, un peu comme en sophrologie : on ne dort pas. On garde le contrôle de soi-même. Néanmoins on se découvre des ressources formidables. En effet nous n’utilisons qu’une petite partie de notre cerveau, et l’hypnose nous apprend à puiser dans ce vaste inconscient nos propres ressources.

    Le rôle de l’hypnotiseur est de vous guider dans l’apprentissage de l’hypnose, puis de l’autohypnose. Il s’agit de trouver ensemble comment aller bien, plutôt que de disserter longuement sur les causes de nos problèmes.

    L’hypnose moderne se met dans le sillon des phénomènes naturels, comme la rêverie de tous les jours. Qui n’a pas déjà eu la sensation de conduire sa voiture en pilotage automatique, dans une sorte d’état second ? Et pourtant on arrive à destination sans dégât et en ayant eu les bons réflexes : notre inconscient veille sur nous.

    C’est cette simple rêverie quotidienne que nous allons apprendre à amplifier et qui va faire apparaître de nouvelles possibilités.

    Cette hypnose n’a plus grand chose à voir avec l’hypnose du siècle dernier.

     

    Les champs d’applications sont :

     

    Phobies

    Tabac

    Déprime

    Anorexie

    Boulimie

    Troubles du sommeil

    Troubles de l'alimentation

    Blocages divers

    Deuils difficiles

    Traumatismes

     

     

     

     

    Communication Profonde Accompagnée ®

     

    Historique :

    En 1987, Rosemary Crossley fonde la « Communication facilitée » en Australie. Cette  technique était  destinée à communiquer avec les personnes handicapées privées de l’usage de la parole. Elle permettait de mettre en mots des informations présentes dans le cerveau profond de ces personnes.

    En 1993 ,  Anne-Marie Vexiau, orthophoniste, introduit cette pratique et France et découvre qu’elle peut être thérapeutique pour les personnes valides.

    Peu après, Martine Garcin-Fradet, (auprès de qui j’ai été formée et je suis supervisée) apprend cette technique et approfondi ses modalités pour créer la Communication Profonde Accompagné ® ; Elle écrit plusieurs ouvrages :

    Quand la main devient messagère du cœur

    Et si nos ancêtres parlaient à travers nous,      aux éditions Quintessence

    Les Voix de la main, une communication profonde pour accompagner la personne et faire de ses blessures le levier de sa réalisation, éditions Dervy -    à paraître en février 2012

     

     

    « La Communication Profonde Accompagnée ® permet de poser sur notre vécu un regard élargi. Nous quittons l’identification à nos blessures et l’expansion de conscience qui en résulte favorise le renouveau dans nos vie. L’espace du coeur devient alors disponible pour que les situations bloquées se dénouent et que  les émotions résiduelles se libèrent .  

     

    Déroulement d’une séance :

    La Communication Profonde Accompagnée® se fait en tenant la main de la personne venue consulter (le facilité). C’est une pratique qui implique l’accompagnement du geste du facilité au-dessus d’un clavier d’ordinateur pour permettre l’expression d’un vécu indicible par la parole consciente.

    Cette nouvelle technique permet de se mettre directement en communication avec l'inconscient d'une personne. La CPA permet à celui-ci de s'exprimer, même chez les personnes handicapées, révélant ainsi leurs pensées, leurs souffrances, leurs besoins et leurs sentiments. Un grand moment d'émotions...  un face à face avec soi-même.
    ( Source www.communication-profonde.com)

    Martine Garcin-Fradet )


    Le Docteur Luc Bodin dit de la CPA :

    « La Communication Profonde Accompagnée® (CPA) fait partie de ces thérapies de dernière génération, remarquables par leur simplicité et leur efficacité. La CPA permet d’entrer directement en relation avec l’être profond d’une personne. Les informations qui en ressortent, sont essentielles et permettent de comprendre les problématiques rencontrées par l’individu ou encore, de déterminer son chemin de vie. « 

     

    Quelques commentaires des facilités que j’ai accompagnés:

    « La CPA permet une libération, on se sent vraiment plus léger en sortant d’une séance ! »

    « C’est comme si on déposait un paquet, je ne me suis jamais senti autant comprise que lorsque j’ai lu mes textes...’

    « J’ai toujours su au fond de moi ce que j’ai écris, et cela m’a rassuré « 

    « on se sent posée, rassurée, comprise et on pleure parfois sans être triste pourtant... »

     

    Si les textes sont souvent une surprise pour les clients, ils sont toujours chargés de messages bienveillants, sans jugement  et donc libérateurs pour lui.

     

    Les espaces visités sont multiples :

     

    Chagrins vécus pendant l’enfance du facilité

    Problèmes ressentis pendant la vie in-utéro

    Problèmes vécus à la naissance

    Problèmes vécus lors de l’enfance ou dans sa vie d’adulte

    Emotions profondes vécues et non exprimées suite à un deuil ou à un traumatisme

    Traumatismes de nos ancêtres

    Secrets de famille

     

    Les champs d’applications sont :

     

    Mal être général

    Angoisse

    Déprime

    Anorexie

    Boulimie

    Troubles du sommeil

    Blocages divers

    Deuils difficiles

    Traumatismes

     

     

    Utilisations des figurines selon le principe des constellations familiales (Bert Hellinger) en lien avec la pratique de la CPA :

     

    Il arrive que ce qui se dit dans le texte en CPA  évoque un vécu ancien d’origine transgénérationnelle.   Comme si un ancêtre parlait au travers de la vie de son descendant et exprimait ses conflits non résolus. Le positionnement de la famille à l’aide de figurines (petites pièces de bois) permet alors une mise en lumière et une libération des transmissions inadéquates. Libérées, les énergies qui bloquaient le système

     

    deviennent disponibles, de nouvelles ressources s’installent pour que  l’inconscient en fasse un nouvel usage.

    L’histoire, n’a pas changé mais le regard que l’on a sur elle a été modifié . Alors la mémoire se transforme...

    Cette approche est aussi utilisée pour facilité la communication entre la famille (sans parler de trans générationnel) et personnes proches , elle permet une dissociation , une distanciation également par rapport au problème. Ainsi s’opère une prise de conscience (toujours bienveillante) , un éclairage différent sur l’histoire qui se joue, Parfois même cet outil permet de se libérer de tout ressentiment et d’entrer dans le pardon libérateur .

    Ces transformations se f

     

    ont toujours avec beaucoup d’empathie et de bienveillance. Nous sommes au cœur de l’espace du cœur.

     

     

    L’approche des constellations systémiques est complémentaire de celle de la Communication Profonde Accompagnée®.

    La CPA favorise la communication entre les différents aspects de la personne, les constellations favorisent la communication au sein de la famille. L’objectif est de devenir « indivis », non divisé, d’entrer en contact avec notre unicité et de développer les potentiels dont nous sommes porteurs.

     

     

     

     

     

     

    Coaching interactionnel

    Le coaching est une forme de conseil, un accompagnement personnel.

    Nous sommes confronté(es) à d’innombrables choix et défis quotidiens. Difficile, voire impossible de tout gérer constamment tout (es) seul (es), en toute circonstance et dans tous les domaines !

    Le coaching n’est pas une thérapie mais un accompagnement vers le changement.

    Il est idéal pour améliorer sa communication avec les autres, lancer un nouveau projet, se fixer un objectif.

     

    Les espaces visités sont :

     

    Professionnels ou Personnels

     

    Les champs d’applications sont personnels et professionnels :

     

    Mener à bien un projet, gérer un changement

    Développer ou améliorer ses compétences

    Surmonter une difficulté

    Résoudre un conflit, débloquer une situation

     

    Le Coaching des adolescents 

     

    C’est une aide, un accompagnement personnalisé.

    C’est une approche basée sur  l’écoute, le questionnement et l’échange.

     

    Quelles sont les transformations possibles ?

     

    Apprendre  à se connaître

    Prendre conscience de ses modes de fonctionnement, de ses compétences et de ses motivations.

    Apprendre à déterminer un objectif réalisable et à puiser dans ses ressources personnelles pour l’atteindre.

    Gagner en confiance, en autonomie, en organisation.

    Pouvoir ensuite, au quotidien, réactiver ses ressources et développer son potentiel.

    Aborder son avenir avec plus de sérénité

    Affiner ses choix futurs avec les conseillers d’orientation scolaires.

     

    Pourquoi est ce que cela marche ?

     

    Parce que en sortant de leur cadre habituel d’éducation (scolaire et familial)  ils  appréhendent une nouvelle façon de voir et d’analyser leurs difficultés.

    Ils se  sentent  plus libres dans leurs réactions, et dans la recherche de solutions.

    Ils deviennent acteur de leur changement.

     

     

     

     

     

     

    Déroulement :

     

    Entretiens  individuels en cabinet d’une durée d’une heure . Le rythme et le nombre de séances dépendent des difficultés rencontrées (en général de 5 à 10 séances).

    Tout l’accompagnement est basé sur une étroite relation avec les parents, il peut parfois même être nécessaire d’accompagner le parent dans ses difficultés vis à vis de son enfant

     

     

     

    Séances de relaxation guidées par la voix

    Je vous accueille dans layourte-desgets pour une séance de relaxation profonde guidée par ma voix.

     

    Confortablement installé, accompagné par ma voix vous allez vous relaxer… lâcher complètement votre stress… détendre  votre mental et tout votre corps... 

     

     

    Les champs d’applications sont :

     

    Stress

    Surmenage

    Déprime

    Troubles du sommeil

    Tensions du corps

     

    http://data0.eklablog.com/capsolution-etvous/mod_article54339093_5061dd4991d44.png http://data0.eklablog.com/capsolution-etvous/mod_article54339093_5061dd49ef4d7.png


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique